preloader

LA BELGIQUE A LE TAUX DE CANCER DU SEIN LE PLUS ELEVE DU MONDE !

Intro text: 

COMMUNIQUE DE PRESSE

JANVIER 2019

 

Selon des chiffres récents (source : GLOBOCAN 20181), en 2018, le cancer du sein est de loin le cancer le plus fréquent chez les femmes (24 %) avec 2,1 millions de personnes diagnostiquées et pas moins de 627.000 décès (72 décès/heure) dans le monde et 98.755 en Europe. C’est le cancer qui tue le plus en nombre absolu ! Les taux d’incidence du cancer du sein sont les plus élevés dans les régions dites développées (Australie, Nouvelle-Zélande, Europe et Amérique du Nord) mais le record mondial est en Belgique avec 188 cas sur 100.000 femmes.  Le European Cancer Information System (ECIS) estime qu’en Europe, 404.920 femmes auraient reçu un diagnostic de cancer du sein en 2018. Heureusement, les taux de mortalité baissent et ceci est le fruit de la recherche menée à ce jour qui a généré des traitements plus personnalisés. L’association ‘’BIG against breast cancer’’ fête ses 20 ans en 2019 et continue de mener d’importantes études cliniques ainsi que des programmes de recherche à l’échelle mondiale pour trouver de meilleurs traitements contre le cancer du sein. A l’aube du 4 février (Journée mondiale contre le cancer), place aux explications et à la présentation d’une aisbl exceptionnelle à Bruxelles…

 

 

BIG SE FETE !

(BIG est connu dans la communauté scientifique sous le nom de Breast International Group)

 

BIG est une association internationale sans but lucratif qui forme le plus grand réseau mondial (plus de 50 pays, sur les 6 continents) de groupes académiques de recherche dédié à trouver des remèdes contre le cancer du sein. La mission consiste à faciliter et à accélérer cette recherche à l’échelle internationale. Plusieurs des études cliniques et des programmes de recherche de BIG, sont considérés comme marquants, introduisant des concepts particulièrement innovants, contribuant à des percées significatives ou ouvrant la voie à un traitement plus personnalisé du cancer du sein.

 

Au milieu des années 90, c’était à peine plus qu’une idée évoquée par deux oncologues qui rêvaient d’augmenter les chances de découvrir un remède contre le cancer du sein. A l’époque, la recherche sur le cancer du sein en Europe était extrêmement morcelée; des équipes universitaires menaient de nombreuses études similaires mais sans interagir pour faciliter la collaboration. Les docteurs Martine Piccart et Aron Goldhirsch avaient tous deux une autre vision de l’avenir : des équipes internationales discutant des résultats de leurs dernières recherches, échangeant des idées sur de nouvelles études cliniques et travaillant en harmonie pour mener ces études ensemble. Avec son siège social à Bruxelles, en Belgique, BIG se compose d'un réseau de 59 groupes coopératifs de recherche universitaires d'Europe, du Canada, d'Amérique latine, d'Asie et d'Australie.

 

20 ANS DE RECHERCHE ET D’ETUDES CLINIQUES PROBANTS !

Un cancer du sein sera diagnostiqué chez environ 1 femme sur 8 au cours de sa vie…

 

Il y a 20 ans, si l'on diagnostiquait un cancer du sein, il y avait très peu d'options de traitement et un faible taux de survie. Mais aujourd'hui, grâce aux efforts de recherches, des traitements plus individualisés sont proposés. L’ambition est que la prochaine génération puisse récolter les fruits des recherches afin de vaincre le cancer du sein.

 

Bien qu'initialement prévue pour répondre à un besoin critique en Europe, l'idée de BIG a rapidement attiré des groupes académiques coopératifs d'autres parties du monde. Aujourd'hui, BIG est un réseau de 59 groupes membres nationaux et internationaux composés de plus de 10.000 grands spécialistes mondiaux du cancer du sein et représentant plusieurs milliers d'hôpitaux. BIG travaille également en étroite collaboration avec le US National Cancer Institute et le North American Breast Cancer Group, de sorte qu'ensemble, ils agissent comme une véritable force d'intégration dans le domaine de la recherche sur le cancer du sein. BIG est donc un réseau à vocation mondiale qui se consacre exclusivement à la conduite et à la coordination de la recherche sur le cancer du sein par le biais d'études cliniques et de programmes de recherche innovants.

 

A l’heure actuelle, plus de 30 études cliniques et plusieurs programmes de recherches sont en cours ou en voie de développement sous l'égide de BIG. Depuis 1999, cela représente plus de 95.000 patientes ayant participé à des études cliniques BIG.

 

La recherche de BIG vise à répondre à des questions qui peuvent avoir un impact majeur sur la vie des patients et sur la société.

 

Par exemple :

- Comment identifier les traitements qui conviennent le mieux à un patient individuel?

- Comment le cancer du sein métastatique évolue-t-il et comment peut-on l'arrêter?

- Quels patients peuvent être épargnés par la chimiothérapie et ses effets secondaires?

- Qu'en est-il de la radiothérapie - y a-t-il des patients qui peuvent être épargnés par ce traitement en toute sécurité?

- Quelle est la meilleure façon de traiter le cancer du sein masculin?

- Comment devrions-nous gérer le cancer du sein et la grossesse?

- Les traitements doivent-ils être administrés en association ou de façon séquentielle, et pendant combien de temps?

- Des médicaments moins coûteux peuvent-ils offrir un traitement efficace à certains patients?

- Peut-on utiliser le système immunitaire de l'organisme pour combattre la maladie?

 

Dans le but de développer des traitements anticancéreux de plus en plus personnalisés et précis, de nombreuses études BIG se concentrent désormais sur des groupes de patients présentant des mutations génétiques spécifiques dans leurs tumeurs. Ils anticipent également l'avenir, recueillant des échantillons biologiques pour la recherche ultérieure afin d’aider à mieux comprendre la biologie des tumeurs et d'apprendre pourquoi certaines patientes répondent bien aux traitements et d'autres pas, et comment prendre de meilleures décisions thérapeutiques. Les résultats d'un grand nombre d'études - impliquant des dizaines de milliers de patient(e)s de partout dans le monde - sont considérés comme des points de repères et ont déjà changé la façon dont des millions de personnes sont traitées. La recherche est essentielle pour aider à mieux comprendre le cancer du sein, à identifier les biomarqueurs nécessaires pour adapter les traitements à chaque patiente et à faire en sorte que les résultats de laboratoire soient rapidement transformés en outils à utiliser en clinique, tandis que l'expérience clinique continue à son tour de stimuler de nouvelles recherches en laboratoire.

 

A suivre !

 

QUELQUES CHIFFRES BIG

3.000+ hôpitaux font partie du réseau

10.000+ médecins et chercheurs collaborent dans le réseau BIG

95.000 patientes ont participé à des études cliniques menées par BIG

59 groupes de recherche académique forment le réseau BIG

6 continents

30+ études cliniques en cours

83.500.000,-€ investis par BIG de 2012 à 2017 inclus

 

 

 

CONTACT PRESSE

METAPHORE AGENCY
Muriel GILBERT

Email: muriel@metaphoreagency.com – GSM: +32 475 412 413

 

 

 

www.BIGagainstbreastcancer.org

 

 

 

  1. La dernière publication de la base de données GLOBOCAN (septembre 2018) inclut des estimations de l'incidence, de la mortalité et de la prévalence de 36 types de cancer et de tous les cancers combinés dans 185 pays du monde. Les estimations se rapportent à 2018 et sont présentées séparément par sexe et pour les 18 groupes d'âge habituels. Les résultats sont disponibles sur le site internet de l'Observatoire mondial du cancer du CIRC (Centre international de Recherche sur le Cancer) (http://gco.iarc.fr/).