Nos débuts

Intro text: 

Tout a commencé il y a plus de 20 ans. À l’époque, c’était à peine plus qu’une idée évoquée par deux oncologues qui rêvaient d’augmenter les chances de découvrir un remède contre le cancer du sein.

Aujourd’hui, BIG est le principal réseau de recherche mondial entièrement tourné vers le cancer du sein.

Au début des années 90, la recherche sur le cancer du sein en Europe était extrêmement morcelée, des équipes universitaires menaient de nombreux essais similaires mais sans interagir pour faciliter la collaboration.

Le docteur Martine Piccart et le docteur Aron Goldhirsch avaient tous deux une autre vision de l’avenir : des équipes discutant des résultats de leurs dernières recherches, échangeant des idées sur de nouveaux essais cliniques et travaillant en harmonie pour mener ces études ensemble

Aujourd’hui, BIG a la capacité d’unir sous sa houlette des leaders d’opinion originaires de plus de 50 pays qui partagent une même conception de la conduite des recherches sur le cancer du sein.

Une collaboration à l’international est indispensable pour réaliser des progrès significatifs dans la recherche sur le cancer du sein. Elle réduit la duplication inutile des efforts, étoffe nos connaissances sur le cancer du sein, accélère le développement de traitements plus efficaces et augmente la probabilité de guérison des patientes.

C’est sur la base de cette conception que les deux médecins ont fondé le Breast International Group (BIG) en 1996. Cette association sans but lucratif a acquis une personnalité juridique en 1999 et installé son siège à Bruxelles (Belgique). En plus de 15 années, 43 essais ont été menés sous la tutelle de BIG, notamment plusieurs essais novateurs qui ont eu un réel impact sur les traitements contre le cancer du sein. À ce jour, près de 70.000 patientes ont participé à des essais BIG aux quatre coins de la planète.

La recherche sauve des vies.
Ensemble, nous pouvons guérir le cancer du sein.

Un réseau d’experts de niveau international en croissance constante

Au départ, BIG a été fondée pour répondre à un besoin criant en Europe, mais son principe a rapidement séduit des groupes coopérateurs académiques ailleurs dans le monde : l’Australian New Zealand Breast Cancer Trials Group (ANZ BCTG) et le Canadian Cancer Trials Group (CCTG) se sont impliqués dès la naissance de BIG ; le GECOPERU originaire d’Amérique latine a rejoint le réseau dès 2002 ; le Breast Cancer Research Group japonais (JBCRG) est devenu membre en 2004 ; plus récemment, BIG a attiré l’attention de groupes travaillant en Inde, au Pakistan, au Moyen-Orient et dans d’autres pays asiatiques.