BIG time for baby

Intro text: 

La majorité des jeunes femmes souffrant d'un cancer du sein à un stade précoce sont atteintes de la forme hormono-dépendante de la maladie, aussi appelée à récepteurs d'œstrogènes positifs (ER+). Cela signifie que les cellules cancéreuses se nourrissent de leurs propres œstrogènes. 

Pour éviter une récidive de leur cancer, ces femmes doivent suivre, pendant cinq à dix ans, un traitement hormonal qui n’est pas conciliable avec une grossesse.

15% des patientes sont diagnostiquées pendant leurs années de procréation

Un bébé après un cancer

En 2013, Zoë apprend qu'elle est atteinte d'un cancer du sein hormono-dépendant. Après avoir combattu la maladie, elle rêve de devenir maman.

Mais Zoë est confrontée à un horrible dilemme: peut-elle interrompre son traitement hormonal pendant deux ans pour permettre la conception d'un bébé sans augmenter le risque de récidive?

Aujourd'hui, les médecins ne peuvent donner de réponse scientifiquement fondée... Pourtant, Zoë a besoin de savoir.

Pourquoi avons nous besoin de cette étude?

BIG Time for Baby est une étude clinique internationale menée afin d'évaluer si l’interruption du traitement hormonal pour tenter de tomber enceinte après un cancer du sein est sans danger. L'étude vise plus précisément à déterminer dans quelle mesure le traitement peut être suspendu pendant une période de deux ans maximum pour permettre la conception d’un enfant, sans augmenter les risques de récidive du cancer du sein.

Pour répondre à cette question cruciale, 500 femmes atteintes d'un cancer du sein hormono-dépendant seront recrutées dans le cadre de cette étude.

Le coût de la participation d’une patiente à cette étude s’élève à 21 euros par semaine (ou 3 euros par jour). Votre don permettra de fournir, à terme, des réponses concrètes à des questions essentielles pour les générations futures.

Pourquoi faire un don?

L'étude BIG Time for Baby donnera aux jeunes femmes atteintes d'un cancer du sein hormono-dépendant une chance de réaliser leur rêve d'avoir un enfant. La recherche liée à la grossesse après un cancer du sein est limitée ce qui rend difficile pour ces femmes l'évaluation des options en matière de fertilité. La majorité des jeunes femmes souffrant d'un cancer du sein à un stade précoce sont atteintes de la forme hormono-dépendante de la maladie ou à récepteurs d'œstrogènes positifs (ER+), ce qui signifie que les cellules cancéreuses se nourrissent de leurs propres œstrogènes.

Donate today

Le traitement hormonal pour les patientes atteintes d'un cancer du sein hormono-dépendant peut être prescrit pour une durée de 5 à 10 ans et influence le fonctionnement des ovaires, ce qui empêche toute conception en cours de traitement. Cette situation pose un dilemme aux femmes qui souhaitent avoir un enfant.

L'étude BIG Time for Baby, menée par l'International Breast Cancer Study Group (IBCSG), répondra à ce type de questions, si importantes pour les femmes souffrant d'un cancer du sein hormono-dépendant et qui souhaitent tenter de concevoir.

Le Professeur Martine Piccart, éminente oncologue et Présidente de BIG against breast cancer d’ajouter : « Cette étude est vitale - elle permettra de donner un avis scientifiquement fondé sur le risque d'interrompre temporairement ou non le traitement hormonal pour tenter d'avoir un enfant. Cette information est cruciale pour des milliers de femmes dans le monde ! »

Chaque année, près de 100.000 jeunes femmes âgées de moins de 42 ans, touchées par un cancer du sein hormono-dépendant pourraient potentiellement profiter des résultats de cette étude et prendre une décision en étant informée au mieux sur les risques.

Cette étude fonctionne comment?

Si vous êtes intéressé par une description plus détaillée de ce projet important, visionnez cette video (en anglais). Le Dr Partrige(POSITIVE co-chair for US through ALLIANCE, Rochester, Minnesota) et le Dr Pagani (POSITIVE co-chair for International Breast Cancer Study Group, Bern, Switzerland) y expliquent l'étude.